Nattes, tissages, dreadlocks, coupes au bol, crètes : coiffures ethniques ?
publié par Classe de 6ème puériculture du collège La Fraternité, Bruxelles

ID :900

Pays :

Thèmes : Vêtements et parures

Mots-clef : Aucun mot-clef

Description générale

Les élèves de 6ème puériculture du collège La Fraternité à Bruxelles ont participé en 2009-2010 à un atelier d’ethnographie sur le thème du vêtement et de la parure.

Elles ont découvert les coiffures africaines au Musée d’Afrique Centrale de Tervuren et ont évoqué le thème de la coiffure dans leur vie actuelle. Voici la retranscription de ces échanges dans la classe.

Ce sont des coiffures africaines ethniques

L’ethnologue : Pourquoi ethniques ?

Parce qu’elles sont originales. C’est ethnique, c’est original

Non, ce n’est pas ça. Ce sont des coiffures qui correspondent à certaines tribus. Les femmes qui portent telle ou telle coiffure, on sait qu’elles viennent de telle ou telle tribu.

L’ethnologue : Selon vous, ces coiffures, on ne les voit pas partout en Afrique, mais dans certaines tribus.

Oui. Et chaque tribu s’identifie à sa coiffure. C’est comme les rastas, les punks, les ‘fashion’…

Les rastas portent les dreadlocks, les punks portent des crêtes…

L’ethnologue : Et les ‘fashion’ ?

Les ‘fashion’, ils sont morts ou presque.

Oui, c’est comme les tectoniques ou les gothiques

Les ‘fashion’, ils portent des cheveux longs en forme de piques qu’ils font tenir avec de la cire.

Pas de la cire. De la laque.

De toutes façons, ils ne sont plus à la mode. Maintenant ce sont les hippies.

L’ethnologue : Les hippies, c’était les années 70…

Oui, mais ça revient. Cheveux longs pour les filles et les garçons, pantalons larges et colorés…

On voit aussi des jeunes qui portent une longue queue de rat toute lisse et partout ailleurs des cheveux très courts.

Et des filles qui portent une coupe au bol toute ronde avec les cheveux très courts derrière et très longs devant.

L’ethnologue : Ce style de coiffure, il a un nom ?

C’est ‘fashion’ ça aussi. J’avais commencé des études pour devenir coiffeuse. Et tout le monde là-bas était coiffé ainsi. Ça ne me plaisait pas trop.

L’ethnologue : Et vous, que faites-vous de vos cheveux ?

Moi, je fais un brushing. Je ne vais pas chez le coiffeur, c’est ma sœur qui me le fait.

Moi, je fais des mèches. Pour ça, il faut aller chez le coiffeur.

Moi, je les lisse avec un fer à lisser.

Moi, parfois je fais des crolles avec des bigoudis.

Ma mère, elle fait le henné pour cacher les cheveux blancs.

Une des élèves, désignant les coiffures africaines :

Il faut être riche pour se faire des coiffures ainsi, surtout avec les faux cheveux

L’ethnologue : Tu veux dire le postiche. ? Une élève d’origine africaine :

Mais non, il ne faut pas être riche du tout. On se coiffe à la maison entre amies ou entre soeurs. Avec les cheveux naturels, on fait des nattes. Les cheveux coiffés en piques, c’est surtout pour les vieilles femmes. Les cheveux croisés, donc nattés, les femmes les portent encore. Mais de plus en plus, les jeunes portent ce qu’on appelle des ‘tissages’. Ce sont des mèches collées de cheveux naturels et artificiels.

L’ethnologue : c’est important les cheveux pour la beauté de la femme ?

Les cheveux, c’est la beauté de la femme.

Mots-clés : brushing, bigoudi, fer à lisser, crolle, crêtes, punk, fashion, henné, mèche, postiche, coupe au bol, tectonique, hippie, rasta, dreadlocks, laque, gothique, natte, tissages de cheveux.


CARTE
You need to upgrade your Flash Player

MULTIMEDIA

VOS OUTILS