La première fois que j’ai goûté…

Date : 3 avril 2013

Dans le cadre du projet du Conseil départemental du Val-d’Oise destiné à sensibiliser les collégiens aux questions de nutrition, l’association Ethnologues en herbe a animé au début de l’année 2013, de courtes séances de sensibilisation à la diversité des pratiques alimentaires dans plusieurs classes des collèges suivants : Claude Monet d’Argenteuil, Victor Hugo de Sarcelles et Evariste Galois, également situé à Sarcelles. Au fil de deux heures où étaient présentés la diversité des cuisines, celle des manières de table et tout ce qui se joue autour des repas en termes de croyances, imaginaires, transmissions et règles du vivre ensemble, les élèves ont apporté quelques témoignages…

« Le jour où j’ai découvert la langue de boeuf  » (collège Evariste Galois, Sarcelles)

Une fois, j’ai aidé mon grand-père à nettoyer la langue. Ce jour-là, il y avait mes deux tantes maternelles, ma mère, ma soeur et mes grands-parents paternels. Ma grand-mère l’avait mise dans un grand saladier. Les haricots étaient mis en forme de pyramide et les carottes en forme de soleil. Le lendemain j’ai goûté pour la première fois de la cervelle de veau. C’était fameux ! Pour Noël, j’étais chez mon arrière-grand-mère. Elle avait décidé de nous faire une fondue bourguignonne. Elle a pris de quoi faire la fondue. En apéritif, on avait de la salade de de poulpe et des accras de morue. C’était exquis. Pour accompagnement, on avait de la ratatouille d’haricots (haricots blancs, haricots rouges et haricots verts) et des samoussas au boeuf avec des carottes juteuses.

 

« Repas de mariage en Martinique » (collège Evariste Galois, Sarcelles)

Ma tante s’est mariée en Martinique à Fort-de-France et c’est ma grand-mère qui a préparé le repas. Car en Martinique, c’est l’entourage proche qui prépare le repas. En premier, on a préparé les boissons, il y avait: – du punch, de la liqueur, du schrub, toutes ces boissons sont à base de rhum et de citron. Comme plats il y avait du colombo, riz-haricot rouge, riz-djondjon, sauce pois. Le colombo est à base de porc et d’un mélange d’épices et de légumes. Les desserts étaient beaux! Les gâteaux s’appellent le pain doux, Mont blanc, bokit, Roche coco et une pièce montée décorée à base de sucre bouilli avec de la cannelle grâce à une poche à douille. Le mois suivant, c’était mon anniversaire et je l’ai fait sur le thème des Antilles. Nous aux Antilles, il n’y a pas de recette, on fait au pif. J’ai pris les ingrédients et on a cuisiné avec mes amis et ma grand-mère. C’était bon!

 

« Cuisine comorienne » (collège Evariste Galois, Sarcelles)

La première fois que j’ai mangé du pilaou (paëlla en français), j’ai trouvé ça magnifique. C’était tellement bon que j’en voulais encore, pourtant j’étais petite. C’est ma mère qui l’avait cuisiné. C’est la meilleure cuisinière que je connaisse, tous les plats qu’elle cuisine sont bons, que ce soit un plat simple ou compliqué. Maintenant, je sais le préparer car elle me l’a appris. Elle m’a aussi montré comment faire des biscoutis (gâteau comorien que j’adore). Il y a tellement de choses que ma mère fait que je ne pourrais pas tous les citer (sambousa ou samoussa en français, crêpes,…) !

 

« Soudjouk, samoussa, poulet tandoori, grec et homards! » (collège Evariste Galois, Sarcelles)

Un camarade de ma classe m’a fait découvrir le soudjouk (sucuk) qui vient de Turquie, c’était très bon. Je crois que ça a été fait avec du bœuf mais je ne suis pas très sûr… J’aimerais bien le savoir. Une autre camarade antillaise m’a fait manger des samoussas au poulet. Ceux-ci ont été faits avec des feuilles de brick. Un jour, j’ai essayé d’en faire mais je n’ai pas réussi. Et on m’a a aussi fait goûter du poulet tandoori, c’était un délice!

 

« Cuisine béninoise, mes souvenirs » (collège Evariste Galois, Sarcelles)

Quand j’étais petite, à mon anniversaire, mon gâteau n’était pas le même qu’en France, il n’y avait pas écrit « Joyeux anniversaire ». Les plats traditionnels sont différents: au Bénin, on cuisine avec des casseroles comme ça (voir dessin). On cuisine du riz, de la pâte comme de la semoule, du bissap, du couscous, de la viande. Quand on fait de la viande, on achète un cochon, on découpe la tête, on l’ouvre, on enlève l’intérieur, on y met les ingrédients pour la farce et on le fait cuire et griller. Pour faire du thé, on coupe des feuilles comme ça (voir dessin). On prend la casserole pour faire bouillir de l’eau, ensuite on met les feuilles dedans et ça nous fait du thé. On fait aussi des beignets. Il y en a une autre sorte qu’on appelle des pâtés: à l’intérieur il y a du poisson, des œufs, des oignons… (voir dessin) Et on utilise des feuilles de bananiers pour envelopper l’acassa (pâte de maïs fermentée). Bernice

 

« La première fois que j’ai goûté au foie de mouton » (collège Evariste Galois, Sarcelles)

C’était au mois de novembre 2007. Je suis allée en Tunisie avec mon père, ma sœur et ma grand-mère. C’était l’Aïd. Je suis allée dire « bonne fête de l’Aïd » à ma famille. Nous avons égorgé trois moutons, un à mon père et les deux autres pour mes grands-mères. Une fois avoir sorti le foie du mouton, mon cousin à souffler dedans. Nous avons fait du couscous, de la salade tunisienne. Le foie de mouton, c’est la partie du mouton que je préfère car c’est moelleux et tendre, et je l’assaisonne avec du citron. Nous avons mangé en famille, avec tout le monde. Nous avons fait des gâteaux et nous avons brûlé la tête du mouton. Puis nous  avons allumé des feux d’artifice.

 

« Restaurant chinois pour le Nouvel An » (collège Evariste Galois, Sarcelles)

Un jour, je suis allé au restaurant chinois pour fêter le Nouvel An. Je suis entré à l’intérieur et je me suis installé à côté de mon frère et de mon père. Ensuite, j’ai commandé une soupe traditionnelle vietnamienne qui s’appelle le PHO, des nouilles sautées pour le plat, et en dessert une glace à la coco. Ce jour-là, on avait bien rigolé, on avait parlé de plein de choses. Au fond de la salle, il y avait un karaoké avec des gens qui chantaient et dansaient. À la fin, on a payé l’addition et on s’est promené dans Paris.

 

« Une alimentation saine » (collège Evariste Galois, Sarcelles)

Moi, Sinclair, apprenti ethnologue, je suis indien d’origine mais de nationalité française. J’ai déjà mangé dans une assiette et dans des feuilles (voir dessin). Mais pour moi, manger m’aide à faire ce que j’ai envie, car j’aime faire du sport. Sans manger, je ne peux pas faire de sport. Donc je mange cinq fruits et légumes par jour mais pour être plus en forme, je prends les fruits et les légumes les plus riches. C’est le secret de mes capacités et de mon endurance !

 

« La première fois que j’ai fait un gâteau » (collège Evariste Galois, Sarcelles)

La première fois que j’ai fait un gâteau seule, c’était une tarte aux pommes. D’abord, j’avais sorti tous les ingrédients et j’avais commencé à les mettre dans un saladier. Puis, je renversai tous les ingrédients dans le mixeur. Quand tout fut mixé, je versai le tout dans un moule et le mis au four. Trente minutes plus tard, quand il fut prêt, mes parents, moi et mes sœurs le mangeâmes après le repas pour l’anniversaire de ma sœur. (Jennifer)

tarte-aux-pommes

 

 

« Dessert réussi/dessert raté » (collège Evariste Galois, Sarcelles)

Un jour, j’ai mangé un dessert délicieux : il avait un goût sucré, moelleux, doux. Il y avait ma meilleure amie et sa mère dans le salon, on a discuté. C’était un bon moment. La première fois que j’ai raté un dessert, c’étaient des cupcakes. Quand je les ai sortis du four, les cupcakes étaient verts et par-dessus, il y avait l’œuf. On était en été et j’étais avec mon grand-frère. J’étais déçue, mais ensuite j’ai réussi à les préparer! (Jennifer)

cupcake-raté

 

« Lahma’joune, plat chaldéen » (collège Victor Hugo, Sarcelles)

Un samedi matin, ma mère était dans le jardin où il y avait un petit four pour chauffer la pâte de lahma’joune. Tout d’abord, elle avait préparé la pâte avec : de la farine, de l’eau, de l’huile, un peu de lait, et elle l’a laissée reposer toute une nuit. Puis elle devait préparer la sauce qui sera déposée sur la pâte. Elle a mis : une poignée de piment en poudre, de la sauce tomate, de la viande hachée, un peu de sel. Elle devait ensuite étaler la sauce sur la pâte, puis elle roulait chaque morceau de pâte. Elle les mettait un par un dans le petit four. Plus tard, on a dégusté ! Il y avait un petit goût pimenté. (Clarisse)

lahmadjoune

 

« J’ai découvert le couscous… » (collège Victor Hugo, Sarcelles)

Le couscous vient du Maghreb, on le sert dans un plat maghrébin. Il est à base de semoule, légumes, poulet… On le prépare en général pour les grandes occasions (mariage, anniversaire, Ramadan…). On le mange tous ensemble avec la famille, les amis… (Nahomy)

couscous

 

« La chelba » (collège Victor Hugo, Sarcelles)

La chelba est une soupe maghrébine très bonne qui se boit dans un bol. Nous la préparons pendant les fêtes religieuses, c’est soit ma mère soit mon père qui la cuisine. Elle est composée de pois chiches, citron, viande etc… Cela dépend de la façon dont on la prépare. (Kenza)

 

« Cuisine antillaise » (collège Victor Hugo, Sarcelles)

Mon oncle et mes parents m’ont appris plusieurs plats antillais : colombo, dombrés aux gambas et le coubillande poissons. J’ai découvert le colombo vers l’âge de trois ans lors d’un dîner familial en Guadeloupe. La première fois que j’ai mangé ce plat, j’ai beaucoup apprécié. Il se compose de beaucoup d’ingrédients, il nous faut : du poulet, de la sauce à colombo, des pommes de terre, de la courgette avec quelques suppléments (concombres, olives, aubergines…). Tout d’abord, il faut ajouter la sauce à colombo sur le poulet pour l’assaisonner, puis on laisse reposer quelques heures. Ensuite on verse de l’eau dans une marmite et on attend qu’elle bout. Et on ajoute tous les ingrédients. (Melvin)
Les dombrés sont des boules de farine avec de la sauce. J’ai mangé ce plat en Guadeloupe, préparé par ma grand-mère. Les boules sont moelleuses, les dombrés peuvent être accompagnés d’haricots rouges et plein d’autres choses. Nous étions tous réunis autour de la table. Ma grand-mère a commencé à servir les plus petits jusqu’à ce que tout le monde ait son assiette pleine. Nous dégustions ce plat en parlant de tout et de rien… (Saden)

P1200619

 

« Le steak de saumon ! » (collège Victor Hugo, Sarcelles)

Quand j’avais trois ans, j’ai découvert le steak de saumon et je ne comprenais pas. Je me disais : « comment de la viande peut être du poisson ? Comment un steak vient d’un bœuf mais vient aussi du saumon ? ». Au début, je ne voulais pas goûter car j’avais peur du goût. J’ai goûté et j’ai aimé. Et ma mère m’a dit : « les apparences sont souvent trompeuses ». (Georges)

97088552_o

 

« La fête du Samitivoudou » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Lorsqu’une fille a ses règles pour la première fois, on organise la fête du Samitivoudou. Pour le Samitivoudou de ma sœur, on a invité la famille, les amis, les gens qu’on connaît. On les a accueillis chaleureusement. La fête s’est déroulée dans une grande salle. Il y avait des serveurs qui passaient l’entrée, le plat et le dessert. Il y avait de l’ambiance : à la fin du repas on danse, on fait la fête. Tous les gens qui sont venus doivent faire une photo avec ma famille (ma sœur, moi, ma mère, mon père et ma grande sœur). (Balachandran)

 

« Tajine tunisien » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Une fois, j’ai mangé du tajine chez une amie de ma mère. C’était trop bon ! Le plat était en terre cuite avec des fleurs pour la décoration. J’avais regardé la préparation pour peut-être un jour l’exécuter. Lors du repas, elle avait servi d’abord les hommes âgés, ensuite les invités, puis les enfants et enfin les femmes. Pendant les vacances de mars, on a reproduit la recette du tajine. On l’a très bien réussi et on l’a mangé en famille ! (Rakhiye)

hqdefault

 

« Le chocolat chaud de Noël » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Tous les ans, à Noël, ma grand-mère prépare du chocolat chaud. Elle le fait d’une manière pas comme les autres. C’est une recette de famille mais moi je ne la connais pas encore. D’habitude, on le boit en mangeant du pain au beurre. C’est très bon et on le boit aux environs de minuit. On ne le boit qu’à Noël ! (Katty)

recette_du_veritable_chocolat_chaud_maison_300

 

« Anniversaire surprise ! » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Le 24 janvier 2013, j’ai eu mes 13 ans. C’était un moment inoubliable, ma mère m’avait préparé un gâteau que je n’avais jamais vu auparavant. J’étais vraiment content ce jour-là ! J’étais sorti me dégourdir les jambes. Une heure après, j’ouvre la porte de chez moi, je regarde à droite et à gauche, il n’y avait personne. J’enlève mes chaussures, je les range, j’entre dans le salon et j’entends « SURPRISE !!! ». J’étais vraiment supris de cet anniversaire… surprise ! Puis je soufflai les bougies et nous mangeâmes le gâteau. (Fayçal)

 

« La fête de l’Aïd » (collège Claude Monet, Argenteuil)

C’était un jour de fête, l’Aïd. J’avais jeûné 18 jours de Ramadan. Le matin, je suis allé à la mosquée et j’ai prié. Après, je suis allé chez ma grand-mère et ma famille m’a donné beaucoup d’argent. Quand c’était l’heure de déjeuner, je n’ai bu que du coca-cola et du soda « Ifri ». Je n’aimais pas le mouton. C’est ma grand-mère et mes tantes qui ont préparé le mouton égorgé par les hommes. La viande était cuite sur un brasero.

 

« Repas de famille en Guadeloupe » (collège Claude Monet, Argenteuil)

C’était en Guadeloupe, ma marraine avait invité mes tantes, mes oncles, mes cousins et cousines, des amis de la famille, ma grand-mère. Avant le repas, elle a servi l’apéritif. On est allé se baigner dans la piscine. Quand c’était l’heure de manger, on est sorti de l’eau. Comme il fait chaud là-bas, on a pas besoin de serviette pour sécher. On est donc allé manger en maillot de bain… En entrée, on a mangé des crudités. Ensuite pour le plat principal, on nous a servi des dombrés. Des sortes de pâtes en forme de boules qui s’accompagnent de toutes sortes de sauces. Cette fois-ci, on a choisi la sauce aux crevettes. C’était super bon, j’en est même repris ! Pour le dessert, ma tante et moi on avait préparé un moelleux au chocolat, avec de la glace à vanille.

dombres-aux-crevettes

 

« Pastels, spécialités sénégalaises » (collège Victor Hugo, Sarcelles)

Comment cuisiner des pastels ? On fait une pâte à pizza, puis on laisse reposer. Après, on fait une petite boule qu’on aplatit. Pour la garniture, on peut mettre du thon et de l’oignon qu’on met à cuire dans une casserole avec un peu d’huile. Quand le tout est cuit, on met de la garniture dans une boule de pâte aplatie. On fait ça pour toute la pâte, jusqu’à ce qu’elle finisse. On prend chaque pastel qu’on ferme en appuyant avec une fourchette. Et on les frit dans l’huile. Ustensiles : un saladier, une poêle. Ingrédients : farine, thon, oignon, eau, levure.

275397

 

« Gratin de brocolis » (collège Claude Monet, Argenteuil)

C’était le soir, ma mère n’était pas encore arrivée et elle m’a chargée de faire sa sauce spéciale pour mettre avec les brocolis. Je devais le faire avec ma sœur. Au début, nous avons sortis les œufs, de la farine de maïs mais nous ne savions pas comment faire, quel ingrédient mettre au début, à la fin… Alors nous avons suivis notre instinct et quand la sauce cuisait dans le four avec les brocolis nous avons appelé notre mère. Tout ce que nous avions fait était faux ! Elle nous a expliqué par téléphone comment faire la sauce. Il fallait mettre le lait à chauffer, mélanger le jaune d’œuf avec la farine de maïs et tout mélanger et laisser cuir. Nous avons refait tout le plat et c’était très marrant ! (Inès)

 

« Le couscous de ma nounou » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Ma Nounou quand j’étais petite me gardait. Elle habitait à côté. Aujourd’hui j’ai douze ans et je ne la vois que très rarement. Quand elle me voit, elle veut à tout prix m’inviter chez elle. Un jour elle m’a invité pour un couscous. Je suis très difficile mais je ne pouvais pas refuser. Elle était dans sa cuisine avec ma sœur de neuf ans qui sait à peut près cuisiner – contrairement à moi – et elle aidait ma tata. J’avais très peur de ne pas apprécier car je n’aime pas du tout, tout ce qui est viande. Quand le plat est arrivé, j’avais un peu moins peur, car il y avait beaucoup d’aliments que je connaissais et que j’appréciais. Bien que j’ai laissé la viande, j’ai mangé une grande partie de la semoule et des légumes. Au final, j’ai énormément apprécié et elle était plutôt contente d’elle. Depuis, je mange du couscous et plein d’autres choses. (Lucille)

1094309

 

« Les crêpes de ma grand-mère » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Un jour, chez ma grand-mère, nous avons fait des crêpes. Ma grand-mère les faisait avec plaisir. Elle mettait un peu d’huile sur la poêle et la pâte cuisait doucement. C’était plutôt appétissant. Ma grand-mère faisait sauter les crêpes et les mettait dans les assiettes. Je me souviens encore de l’odeur. Je lui ai demandé sa recette et ses astuces.

 

« La morue de ma grand-mère portugaise à Noël » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Le plat que j’ai le plus apprécié dans ma vie est la morue de ma grand-mère portugaise à Noël avec toute la famille. La morue est gratinée avec des légumes, des pommes de terre et des feijão (haricots portugais) et une sauce à la tomate. La morue est tendre et croustillante à la fois. On la déguste en famille à Noël. Les légumes sont croquants et gardent tout leur goût. La sauce est fine et délicieuse associée à la morue. (Antony)

gratin.morue

 

 

« La pizza magique de ma mère » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Un jour avec ma mère, on a fait une pizza. C’était vraiment bon, avec un goût original. On l’a faite chez moi dans la cuisine. Quand ma mère faisait, je la regardais et j’essayais de faire pareil. Mais ça ne donnait pas le même goût. C’était pas aussi magique que celle de ma mère. Je commence par faire la pâte et je l’étale. Ensuite je la jette en l’air. Après ma maman est contente et elle me fait de gros bisous !!! C’est ma maman qui m’a appris à faire la pizza et c’est un moment agréable quand je cuisine avec elle. (Dilara)

01f178db-b09f-49c5-8ded-69ae50f0cf79_normal

 

« Larmadioun, plat chaldéen » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Ma mère adore cuisiner, un jour elle a cuisiné un plat de ma région que je n’avais jamais goûté. Ma mère m’a dit que ça s’appelait les larmadioun (un plat chaldéen). Quand elle cuisinait, je sentais l’odeur et j’étais prête à dévorer les larmadioun. C’est comme une pizza mais c’est bien meilleur. Il y a de la viande hâchée, de la sauce tomate, et des poivrons coupés en dés. On peut manger ce plat avec de la salade, du citron et de la mayonnaise. Quand elle me l’a servi, c’était brûlant mais je me suis jetée dessus et j’ai directement adoré!

 

« Gâteaux au miel » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Un jour j’étais chez ma grand-mère, elle faisait des gâteaux et elle m’a appelée pour que j’en goûte un. Le gâteau était fait à base de miel et comme je n’aime pas trop le miel, elle m’a forcée. J’ai donc goûté et en fait j’ai adoré. C’est un gâteau arabe. Je suis musulmane mais je n’avais jamais goûté celui-là. Je ne sais pas combien de temps dure la préparation. Ces gâteaux n’étaient pas faits pour une occasion spéciale, juste pour le plaisir.

IMG_1295

 

« La pizzeria de mon cousin » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Mon cousin a une pizzeria. Il a eu cette idée avec son frère et son ami d’enfance. Sa pizzeria se trouve à Villiers-le-Bel, portant le nom « Pizzeria Délice ». J’y vais souvent. Là-bas, il y a plusieurs types de pizza. Ma préférée est la « Meat Lover ». Comme ingrédient il y a des merguez, de la sauce tomate, de la dinde, des oignons et des poivrons. C’est très bon ! Miam, elle sent très très bon !! La pizza artisanale c’est bon ! Il m’a appris à en faire mais de petite taille : des juniors. Pour ça, il faut étaler la pâte, prendre un moule qui donnera sa forme à la pizza. On met de la sauce tomate ou de la crème fraîche. Il faut sortir les ingrédients frais du frigo, les laver et les couper. On les place ensuite sur la pizza. On met au four pour dix ou vingt minutes et c’est fini ! (Youness)

 

« Charlotte aux fraises » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Une fois, j’étais dehors et le téléphone de ma copine a sonné. Elle a répondu et sa maman nous a dit de monter. Elle nous a fait goûter une charlotte aux fraises. C’était fait de boudoirs, de crème fraîche et de fraises.  Je n’avais jamais goûté parce qu’avant je disait « beurk ». Mais cette fois quand j’ai goûté, j’ai adoré tellement elle l’avait bien faite!!

charlotte-aux-fraises-a-la-creme-de-mascarpone.png

 

« Souvenirs de cuisine italienne » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Je suis partie en Italie en famille à Vinci. On a vécu un moment extraordinaire. On a mangé de toutes les spécialités italiennes. Des spaghettis bolognaises, des pâtes etc. C’était dans un des meilleurs restaurants d’Italie. On était nombreux et c’était une très belle soirée. Au dessert, j’ai mangé un dessert qu’on appelle un tiramisu.

 

« Au restaurant chinois » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Je suis allé au restaurant chinois avec ma famille pour les quinze ans de ma sœur. On a mangé des nouilles, du riz et des sushis. C’était difficile de manger avec des baguettes donc on a demandé des couverts.

 

« Le boudin antillais » (collège Claude Monet, Argenteuil)

J’aime le piquant du boudin antillais. C’est moelleux quand ça rentre dans la bouche. Le piquant dure pendant trois minutes. On est obligé de boire de l’eau seulement si on a mal dosé le piment.

boudin_antillais_aux_poivrons_et_puree_013

 

« Boulgour en salade » (collège Claude Monet, Argenteuil)

Ma voisine m’apporte tout le temps différents plats que sa mère fait comme le Boulgour en salade. Ce sont de petites graines avec du persil. C’est orange et c’est très bon ! (Chérine)

saladedeboulgour

 

« Gâteaux d’anniversaire » (collège Claude Monet, Argenteuil)

C’était l’anniversaire de ma mère, j’ai décidé de lui faire une surprise : un fondant au chocolat ! Je l’ai préparé avec mes trois cousines et ma tante. Nous avons mis des œufs, du sucre, du beurre, de la farine, du chocolat et de la vanille. La cuisson a duré quinze minutes. C’était délicieux… (Maëva)

fondant-au-chocolat-simple

 

Le jour de l’anniversaire de mon cousin, on est allé chez ma grand-mère et on a cuisiné tous ensemble un énorme gâteau au chocolat avec de la crème. Il était magnifique et le goût était délicieux ! (Beya)

 

Paroles d’ethnologues en herbe (Atelier de deux heures sur la diversité des pratiques alimentaires avec le Conseil départemental du Val-d’Oise)